des masses d'eau propre.
une eau potable pure.

Actualités

Juni 2018

konstanz_seerhein_4702_schwelle.jpg

50 ans de l’AWBR

L’AWBR  peut en 2018 regarder en arrière sur 50 années de développement et de représentation des intérêts pour la protection préventive des masses d’eau dans le but d’une alimentation en eau potable proche de la nature, sûre et économique. L’assemblée pour la création de l’AWBR a eu lieu le 7 juin 1968 à Constance. Pour fêter le cinquantième anniversaire de la fédération des producteurs d’eau Lac de Constance – Rhin, l’AWBR invite les producteurs membres, amis, partenaires, autorités publiques et associations professionnelles le 15 juin 2018 à Constance.

Les services techniques de la Ville de Constance et la Production d’Eau de la Région de Kreuzlingen sont les hôtes de la manifestation. Les discours d’ouverture seront prononcés entre autre par le Ministre de l’Environnement, du Climat et de l’Energie du Bade-Wurtemberg , Franz Unterstelle, le Maire de la Ville de Constance Uli Burchardt, le Directeur des Services Techniques de la Ville de Constance Kuno Werner et le Président de la Production d’Eau de la Région Kreuzlingen Thomas Behringer.

Le programme des festivités comprend un divertissement musical par l’orchestre philharmonique du sud-ouest de l’Allemagne de Constance et deux exposés sur les 50 ans de l’AWBR par Johann-Martin Rogg de Fribourg et sur les 600 ans du concile de Constance. Les participants seront salués et guidés dans la manifestation par le Président Prof. Dr. Matthias Maier, Karlsruhe.

La manifestation du jubilé aura lieu à l’Hôtel de l’Ile Steigenberger (Steigenberger Inselhotel, Auf der Insel 1, 78462 Konstanz). La Présidence et le Directoire vous invitent cordialement à cette manifestation festive.

Mai 2018

twinit_gesetz_grundsatzfr.jpg

Initiative pour une eau potable pure (Suisse)

L’observatoire national pour les eaux souterraines (NAQUA) de l’office fédéral Suisse pour l’environnement (BAFU) révèle en 2013 avoir trouvé sur 22% des points de mesure des composants PSM et de leurs produits de dégradation avec des teneurs supérieures à 0,1 µg/L.

Dans les territoires pratiquant l’agriculture intensive, ce taux atteignait les 70%.

Une initiative collective de la confédération Suisse s’est mise en place „initiative pour une eau potable pure et une alimentation saine (initiative eau potable)" et a permis de rassembler dans un temps très court les 100.000 signatures nécessaires à la modification de la constitution fédérale par référendum.

Les revendications principales sont les suppressions des aides à l’agriculture en cas d’utilisation de pesticides ou l’utilisation prophylactique d’antibiotiques dans l’élevage animal.

L’AWBR suit avec attention des objectifs comparables avec la promotion d’une gestion du territoire respectueuse de l’eau pour la protection des masses d’eau souterraines et superficielles.

C’est pourquoi l’AWBR s’est jointe à « l’Alliance pour la réduction des pesticides » et s’est engagée conjointement avec d’autres syndicats actifs en Suisse pour présenter au conseil fédéral une contreproposition constructive. Celle-ci devait relayer les préoccupations principales de „l’initiative eau potable“ et aboutir à des améliorations substantielles des masses d’eau souterraines et superficielles.

Nous communiquons ICI sur l’avancement.

April 2018

wasser_recht_swb2.jpg

La protection préventive des masses d’eau a-t-elle encore un avenir dans le cadre des accords de libre-échange?

Au regard du plus grand accord de libre-échanges internationaux qui s’annonce actuellement entre l’UE et le Japon (~1/3 du résultat de l’économie mondiale) et qui est négocié dans l’urgence dans des conditions occultes, il faut entrevoir que beaucoup de nos objectifs ancrés dans les directives européennes (par exemple Loi Cadre sur l’Eau Art. 7 §. 2 & 3, Art. 9) ne sont pas pris en compte dans ces accords de libre-échanges.

Est-ce que l’avis de la Commission Européenne dans son communiqué COM(2007) 414 du 18 juillet 2007, qui prévoit explicitement la primauté de l’alimentation publique en eau potable, sera toujours valable ?

Wolfgang Deinlein a pour les services techniques de la Ville de Karlsruhe étudié l’exemplaire conséquent de 1000 pages. En particulier au regard de nos thèmes partagés avec l’IAWR et ses fédérations membres, ses explications attirent notre attention et exigent à une réaction politique rapide:

Vous trouverez la position détaillée du directeur de l’IAWR sur la page de l’IAWR dans le menu « Aktuelles ».

März 2018

Prise de position sur le décret pour la protection des masses d’eau (Suisse)

L’ABWR revendique les points suivants dans la conversion du décret pour la protection des masses d’eau: 

Prise de position GSchV du 12.03.2018 (CH) - en allemand (128,6 KB)

Position de l’AWBR sur les bactéries multiresistantes dans les masses d‘eau

La croissance mondiale de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques est considérée par l’organisation World Health comme l’un des plus grands enjeux actuels. Des agents pathogènes résistants se retrouvent dans l’environnement et les masses d’eau comme le montrent des études et des recherches récentes.

Les voies principales d’introduction d’agents pathogènes résistants aux antibiotiques sont les déversements d’eaux usées et l’épandage de lisier ou de boues primaires sur des surfaces agricoles.

Des agents pathogènes résistants aux antibiotiques sont fréquemment mis en évidence dans des masses d’eau superficielles. Les procédés éprouvés de traitement des eaux destinées à l’alimentation en eau potable permettent en règle générale de réduire de façon considérable le nombre de bactéries et de gènes et font que le risque d’exposition par la voie de l’eau potable est considéré pratiquement sans importance.

Dans le cadre de l’appel à projet HyReKA (www.hyreka.net), les voies de propagation de agents pathogènes résistants aux antibiotiques en provenance des hôpitaux, des élevages intensifs d’animaux, des abattoirs mais aussi des aéroports et des stations d’épuration sont actuellement étudiées de manière à pouvoir reconnaitre à l’avenir les risques à temps et éviter des contaminations.

L’AWBR exige au sens du principe de précaution que l’apport de substances résistantes aux antibiotiques soit déjà réduit à la source et ainsi avant même l’entrée dans le cycle de l’eau.

Les mesures à cet effet seraient une réduction considérable de l’emploi d’antibiotiques dans l’élevage animal et dans la médecine humaine ainsi qu’un traitement séparé des eaux usées contaminées en provenance des hôpitaux et de toute autre source d’apport.