des masses d'eau propre.
une eau potable pure.

Actualités

juin 2020

awbr_erm_wd_vm_200624.jpg
Wolfgang Deinlein, directeur de l’IAWR, remet le Mémorandum relatif à la protection des cours d’eau européens (ERM) à Veronica Manfredi, directrice Qualité de vie à la DG Environnement de la Commission européenne.

La coalition de l’ERM présente le Mémorandum relatif à la protection des cours d’eau européens (ERM) 2020 à Veronica Manfredi, directrice Qualité de vie à la Commission européenne

La coalition de l’ERM se compose des communautés de distributeurs d’eau potable des plus grands bassins hydrographiques européens. Aujourd’hui, elle a présenté son Mémorandum relatif à la protection des cours d’eau européens (ERM) 2020 à madame Veronica Manfredi, directrice Qualité de vie à la Commission européenne, et à son équipe de la Direction générale de l’environnement. Madame Manfredi assure par ailleurs la présidence de la Commission internationale pour la protection du Rhin (CIPR) pour la période 2020-2022 au nom de l’UE.

Les partenaires de la coalition de l’ERM ont mis en avant la nécessité de modifier la législation et montré qu’une protection préventive des ressources en eau potable était indispensable si l’UE entend disposer, à l’avenir encore, d’un approvisionnement durable en eau. Cet objectif exige – et c’est là une priorité absolue – une législation efficace, concrète et exhaustive. La directrice a ensuite présenté une série d’actes législatifs européens élaborés dans le dessein de prendre en charge la question complexe de la protection de l’eau. Elle a en outre exprimé son plein soutien, les thèmes de la coalition de l’ERM concordant dans une très large mesure avec l’approche holistique du pacte vert pour l’Europe, l’une des principales priorités de l’Union européenne.

Le Mémorandum relatif à la protection des cours d’eau européens avait déjà été remis à Veronica Manfredi le 13 février 2020, lors de la Conférence ministérielle sur le Rhin à Amsterdam. Sa publication officielle avait eu lieu le 22 mars 2020, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau 2020.

mars 2020

european-river-memorandum-2020-fr_titel.jpg

Publication du Mémorandum relatif à la protection des cours d'eau européens à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau

Environ 170 compagnies des eaux de 18 pays situés le long des principaux bassins fluviaux européens du Rhin et de la Ruhr, du Danube, de l'Elbe, de la Meuse et de l'Escaut sont les garants d'un approvisionnement en eau durable, respectueux du climat, sûr et abordable pour tous. Cela ne peut être réalisé qu'en préservant la possibilité d'utiliser les ressources en eau potable pour toutes les générations.

La protection préventive de l'eau préconisée dans les 10 thèses du mémorandum est conforme à la stratégie de la directive-cadre sur l'eau (DCE), qui repose sur le concept de durabilité. Les méthodes quasi-naturelles minimisent l'influence technique sur l'eau qui serait autrement nécessaire. Ils sont basés sur les pouvoirs auto-épurateurs de la nature et préservent le caractère naturel de l'eau. La production d'eau potable par des procédés quasi naturels permet d'économiser de l'énergie et des ressources et est donc respectueuse du climat et de l'environnement.

Le respect des valeurs cibles spécifiquement indiquées devrait permettre aux fournisseurs d'eau de continuer à traiter l'eau potable exclusivement par des procédés simples et quasi naturels à l'avenir et de la mettre ainsi à la disposition de la population.

pdf Mémorandum relatif à la protection des cours d’eau européens destiné à garantir la qualité de la production d’eau potable (1,9 MB)

pdf Communiqué de presse du 22.03.2020 (124,3 KB)

mars 2020

16. Conférence des ministres du Rhin, 13.02.2020, Amsterdam (CIPR)
16. Conférence des ministres du Rhin, 13.02.2020, Amsterdam (CIPR)

Succès pour la protection préventive de l'eau

À Amsterdam, la Conférence des ministres du Rhin décide de réduire l'apport de micropolluants d'au moins 30 %.

Les micropolluants (substances synthétiques), qui proviennent de l'industrie et du commerce ainsi que de l'agriculture et des ménages via les stations d'épuration ou directement dans le Rhin, doivent être contenus efficacement à l'avenir. Telle est la décision qui a été prise, au terme d’une longue bataille menée au préalable, par les ministres de l’Environnement des huit États riverains du Rhin et le commissaire européen à l’Environnement à l’occasion de la 16e Conférence ministérielle internationale sur le Rhin. Cette décision constitue une étape capitale pour le processus de réduction et de prévention des micropolluants engagé en 2007 lors de la 14e Conférence ministérielle à Bonn.

Le nouveau programme Rhin 2040 prévoit une diminution de l’apport de micropolluants d’au moins 30 % au total d’ici à l’an 2040. L'objectif primordial doit continuer à être de mettre l'eau potable à la disposition des citoyens dans le bassin versant du Rhin en utilisant les méthodes de traitement les plus simples et les plus naturelles possibles.

Le communiqué de presse complet de l'IAWR contient de plus amples informations. La déclaration du président de l'IAWR (original, anglais), le professeur Matthias Maier, lors de la conférence ministérielle sur la qualité de l'eau et les micropolluants, le 13 février 2020 à Amsterdam, nous éclaire sur le contexte.

Le communiqué ministériel et le programme Rhin 2040 sont disponibles sur le site web de CIPR.

juin 2019

Colonisation du fond du lac par des moules quagga
Colonisation du fond du lac par des moules quagga

Production et traitement de l'eau potable du lac de Constance tournée vers l'avenir

Ces dernières années, les conditions générales pour la production et le traitement de l'eau potable au lac de Constance n'ont cessé d'évoluer. Il s'agit, par exemple, des apports indésirables de substances traces et d'éléments nutritifs d'origine anthropique, des effets du changement climatique sur la disponibilité et la qualité de l'eau ou encore des changements dans les habitats aquatiques. Les usines de production d’eau potable ont déjà dû tenir compte à plusieurs reprises de ces "processus de changement" en procédant à des ajustements techniques ou organisationnels appropriés. Il faut également s'attendre à l'avenir à des développements correspondants, qui exigent des approches holistiques et des efforts conjoints.

La reproduction massive et la propagation rapide et inattendue de la moule quagga (Dreissena rostriformis) posent un nouveau défi non seulement à l'écosystème sensible du lac de Constance, mais aussi aux exploitants portuaires, aux compagnies maritimes et aux sociétés d'approvisionnement en eau. Comme la moule quagga s'adapte bien aux conditions de l'eau froide (T ≈ 5-6°C) et aux grandes profondeurs d'eau de plus de 150 m, on peut supposer une colonisation massive et permanente du lac de Constance en raison de la propagation des larves de moules grâce au courant (40 µm < diamètre < 300 µm). L’introduction de larves et l’adhérence des moules sur les surfaces aqueuses des systèmes de captage  ou des composants du processus en aval peuvent provoquer des perturbations hydrauliques ou avoir des conséquences indésirables pour le captage et le traitement de l'eau.

Dans le cadre d'une approche globale, il est donc important de se préparer aujourd'hui aux défis de demain. L'objectif des producteurs d’eau potable à partir d’eau de lac réunis dans l'AWBR est d'identifier le besoin urgent d'action et d'optimisation sur la base des principes de précaution, de durabilité et de proportionnalité. 

pdf Rapport anuelle - Points clés et stratégies d'adaptation pour production et traitement de l'eau potable du lac de Constance tournée vers l'avenir (rapport en allmand) (1,2 MB)

mars 2019

Les chutes du Rhin près de Neuhausen
Les chutes du Rhin près de Neuhausen

L'AWBR a participé à la consultation de l'UE pour le Fitness Check de la directive-cadre sur l'eau.

En accord avec l'IAWR (Internationale Arbeitsgemeinschaft der Wasserwerke im Rheineinzugsgebiet / Association internationale des producteurs d’eau potable du bassin versant du Rhin ), l'AWBR a dans le cadre de la consultation européenne réaffirmé sa position sur la mise en œuvre de la Directive-Cadre Européenne de l'UE et a exigé de la Commission Européenne des efforts plus conséquents pour l’utilisation à l'avenir des ressources en eau pour la production d'eau potable. L'objectif de l'AWBR et des producteurs d’eau potable du bassin versant du Rhin (IAWR) est d'améliorer la qualité des masses d’eau pour produire de l'eau potable à partir de procédés naturels.

A cet effet plusieurs mesures doivent être mises en œuvre pour renforcer le principe de précaution et pour minimiser/éviter les apports de substances dans les ressources en eau avec des procédés de traitement efficaces à la source. L'accent est mis en particulier sur les substances persistantes (P), mobiles (M) et toxiques (T), dites PMT, qui sont pertinentes pour l’alimentation en eau potable.

Lors d'une réunion des associations du bassin versant du Rhin (AWBR, ARW, RIWA et IAWR), de la Ruhr (AWWR), de l'Elbe (AWE) et du Danube (IAWD) à Berlin en mars, des objectifs communs ont été confirmés et convenus pour renforcer le travail de lobbying et la communication avec les politiques, autorités, médias et citoyens, et exiger une politique durable de l’eau pour sécuriser les ressources en eau potable en Europe.

pdf Prise de position de l'IAWR sur la DCE (anglais, 2 pages) (278,0 KB)

juin 2018

50 ans d'engagement pour la protection des masses d’eau

La fédération des producteurs d'eau du Lac de Constance-Rhin s'engage pour une distribution d’eau aussi naturelle que possible, sûre et économique.

L'eau est un bien vital qui ne peut pas être remplacé. Les ressources naturelles en eau sont toutefois menacées par des influences anthropiques. De gros efforts ont été et sont encore nécessaires pour les maintenir comme base de l'approvisionnement en eau potable. Depuis 50 ans, la fédération des producteurs d’eau potable du lac Constance-Rhin (AWBR) se consacre à cette tâche avec ses experts et ses mesures de qualité des masses d’eau. Elle a été fondée ici à Constance en juin 1968 par 18 services des eaux du sud de l'Allemagne et de la Suisse. Elle compte aujourd'hui une soixantaine d'entreprises membres dans cinq pays qui, ensemble, approvisionnent plus de 10 millions de personnes en eau potable.

Les principales missions de l'AWBR sont de maintenir la qualité des eaux de surface et souterraines et d'éliminer les risques pour l’alimentation publique en eau potable. L'AWBR travaille en permanence en collaboration avec les autorités sur les questions d'actualité et prend position sur les normes et les projets de loi - de la législation du Land du Bade-Wurtemberg jusqu’à la législation européenne.

Une caractéristique essentielle de l'AWBR est qu'elle ne traite pas seulement des sujets généraliste, mais qu'elle les accompagne toujours des programmes  scientifiques de mesures fondés. Un conseil scientifique de haut niveau et des groupes de travail d'experts garantissent qu’aussi bien les exigences que les déclarations sont fondées sur des données et sont dignes de confiance. De plus, l'AWBR a mené à plusieurs reprises ses propres programmes de recherche et développé des méthodes innovantes pour résoudre les problèmes. Après 50 ans, l'AWBR peut s'appuyer sur un ensemble de données exemplaires sur la qualité des masse d’eau qui caractérise les propriétés des eaux de surface du lac de Constance et du Rhin ainsi que celles de nombreux autres lacs et masses d'eau dans son bassin versant transfrontalier. Les déclarations, communiqués de presse et publications de l'AWBR ont été et sont des sources d'information importantes pour les services des eaux membres et les représentants des autorités pour toutes les questions relatives à la protection des eaux.

Sélection de réactions dans la presse :

Pressemeldung der AWBR anlässlich der Mitgliederversammlung am 15.06.2018 in Konstanz (23,2 KB)